Accueilchevron_rightnewschevron_rightUrgence Beyrouth

Solidarité Beyrouth : des cartables pour les élèves des écoles publiques !

Le collectif Solidarité Laïque, la Mission laïque française (Mlf), l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger(AEFE), l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture (AFLEC) et l’Association des Anciens élèves des Lycées Français du Monde (Union-ALFM) lancent le 16 septembre un appel à dons pour soutenir le retour à l’école d’enfants de 6 à 11 ans scolarisés dans les écoles publiques de Beyrouth.

Les écoles publiques au Liban sont sous-dotées en matériel, en infrastructures et en personnels ; elles sont laïques et non confessionnelles. Pour le collectif qui se mobilise, il est essentiel de soutenir ces élèves, issus pour la plupart de familles pauvres, et risquant pour une partie d’entre eux de ne pas retourner à l’école.

L’objectif de cette mobilisation solidaire des acteurs de l’éducation et d’anciens élèves est de permettre aux 20 000 enfants de 6 à 11 ans de reprendre le chemin de l’école publique en les équipant en cartables fournis de matériel scolaire et de kits d’hygiène.

 

Solidarité Beyrouth : Je donne !

En cette période très difficile que traverse le pays, soutenir l’éducation publique, c’est aider à préparer l’avenir et la capacité à vivre ensemble. Cette aide matérielle évitera à de nombreux élèves le décrochage scolaire qui les menace dans ce moment critique.

Parce que chaque euro compte, les dons sont acceptés à partir d’1€.

Les cartables d’une valeur de 20€, seront constitués de papèterie, stylos, crayons, ainsi que de masques et de gel hydro alcoolique fournis par la MGEN, la CASDEN et la MAIF, membres de Solidarité Laïque.

Solidarité Laïque, la Mission laïque française (Mlf), l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFEC), l’Association franco-libanaise pour l’éducation et la culture (AFLE) et l’Association des Anciens élèves des Lycées Français du Monde (Union-ALFM) par cette mobilisation solidaire avec les écoles publiques, entendent contribuer à la reconstruction du pays, à la paix et dessiner quelques lignes d’espoir pour les enfants de la capitale.

JE FAIS UN DON